Archives&Culture

Rechercher la signification de votre nom en cliquant sur ce lien

L'histoire de l'industrie à Seclin (Nord) n'aura plus de secrets pour vous : "L'industrie à Seclin Des balbutiements au début du 20ème siècle"


L'histoire de l'industrie à Seclin n'aura plus de secrets pour vous.

Qui étaient Gustave Duriez, Claude Guillemaud Aîné, Louis Desmazières ou Charles Duport, ces noms qui figurent sur les plaques de nos rues?
Vous découvrirez que Seclin aurait pu avoir sa rue des Moulins, car il se situaient presque tous rue de Lille, aujourd'hui rue Maurice Bouchery. Le vocabulaire employé pour en faire l'inventaire étaient un "langage spécial", pour conserver la maîtrise du métier et n'était compréhensible qu'à la seule corporation des meuniers. Moulins à vent ou à huile, ils ont contribué à faire vivre les cultivateurs, nourrir la population et permis à l'Hôpital de Seclin de fonctionner.
 
Les industriels seclinois se sont adaptés à une demande croissante de production en inventant de nouveaux procédés ou des techniques pour réduire le temps de fabrication. Seclin a accueilli le premier filateur de coton en la personne de Louis Gérard Lefebvre-Burghelle et le premier filateur de lin avec David Van Deweghe, constructeur de métiers à tisser le lin. Les ateliers de tulliste ont été nombreux à Seclin à coté des tanneries et teintureries. C'est dire l'importance de l'industrie du textile chez nous.

Les moulins à huile bordaient la route de Lille et cotoyaient les fours à chaux. Le canal de Seclin creusé pour transporter plus facilement la production en plein essor, a été vite dépassé par le progrès des transports routiers et du rail. Il demeure néanmoins un témoin de cette époque.

Saviez vous que les tanneurs de Seclin fabriquaient des chaussures en grande quantité? Que le Château des Boulets fut une filature? Qu'une usine fabriquait de l'engrais avec des chaussures recyclées? Ces questions et beaucoup d'autres que se posent les seclinois, recevront des réponses et permettront de ne pas oublier que Seclin a un passé industriel riche, varié et à redécouvrir.

Seclin a vu dans ses murs une population active et variée grâce à une industrie et une activité artisanale importante. Située sur un axe Paris Lille, des hommes compétents se sont installés sur notre sol pour développer leur savoir faire dans des domaines différents.

La riche terre du Nord fournit tout ce dont les hommes ont besoin pour se nourrir et se vêtir. Ainsi se sont développés les brasseries, l'industrie textile, les huileries, les fabriques de chicorée, les moulins.
Le 19ème siècle a vu l'explosion de nouveaux procédés et une demande sans cesse croissante dans tous les domaines. Il a fallu construire des maisons, des routes, aménager les rivières. Ainsi sont apparus les fours à chaux, les extractions de moellons, les briqueteries.

La construction du canal de Seclin a permis aux industriels de développer leur industrie et de donner à notre ville un essor qui a laissé des traces aujourd'hui. Le charbon exploité vers 1847 dans le Pas de Calais développe de nombreuses industries. Le Chemin de Fer diversifie le transport avec la création de la voie ferrée Lille-Paris en 1846. Sous Napoléon III, le gaz et le télégraphe arrivent.
On sait que l'industrie Seclinoise employait 5706 ouvriers en 1856 pour 3240 habitants.

Seclin a été un foyer d'inventions et a connu une explosion du développement industriel. Tous ont commencé "petit", avec un artisanat qui a dû s'adapter à une demande de plus en plus grande.     Des hommes sont venus de partout pour créer leur entreprise. La main d'oeuvre abondante et la situation géographique de Seclin ont été des atouts de premier ordre.

Il s'est vite posé la question de l'hygiène et de la sécurité dans l'industrie car les établissements insalubres et dangereux étaient réglementés d'une manière arbitraire. En l'an XIII le Ministre de l'Intérieur demanda un projet de réglementation des usines qui pouvaient être nuisibles à la santé publique. Un décret signé par l'Empereur le 15 octobre 1810 fut la base de la législation qui régit les établissements classés incommodes et qui n'a cessé d'évoluer dans le temps.

Les gens du Nord ont la réputation d'être accueillants et courageux. Il n'en fallait pas plus pour soulever des montagnes à Seclin. Mais d'où venaient ces hommes, qui étaient-ils? Ces questions ont accompagné les recherches effectuées dans tout ce qu'ils ont laissé derrière eux. Comment travaillaient-ils et avec quelles machines? Les écrits qu'ils ont laissés dans les documents administratifs montrent leur volonté, leur détermination et leur adaptation à des besoins nouveaux.     La machine à vapeur a libéré des bras et économisé des années de vie. Quand cette machine est arrivée dans les usines, on l'entourait de murs épais pour prévenir une explosion dangereuse. Mais si l'accident se produisait, il y avait souvent des morts. Alors, on l'a entourée de murs épais mais d'un toiture légère qui pouvait être soufflée en cas d'explosion." La chaudière, si elle est enveloppée sur le dôme, ne doit être révêtue que de matériaux légers, et autant que possible, incohérents, tels que cendres, de la terre tamisée ou des briques très légères."(J. B. Teste, Ministre secrétaire d'Etat des Travaux Publics. 22 juillet 1843.

Des hommes du Nord mais aussi de toute la France et quelquefois de pays étrangers sont venus sur notre sol et ont apporté leur savoir faire, leurs inventions, leurs innovations. Que ce soit dans la filature, la tannerie, la distillerie ou encore dans la production d'huile, de farines et beaucoup d'autres domaines, chaque nouvelle création d'activité a vu une évolution dans le métier.

C'est toute cette aventure qu'il vous est proposé de découvrir en parcourant des destins qui ont leurs racines à Seclin. Certaines "fabriques" se sont passées la main de père en fils. D'autres n'ont pas résisté à la concurence, mais toutes ont crues en leur avenir et ont mis toute leur énergie pour durer .
Il ne faut pas oublier le passé et ce livre en sera le témoin car il ne reste presque plus de traces de cette époque glorieuse.


Un ouvrage de 261 pages au format A4, écrit suite à un long travail de recherche de documents et à leur exploitation en profondeur durant plusieurs années.
Bien illustré, vous y trouverez de façon presque exhaustive, ce qui a fait Seclin au fil des ans et l'attrait que pouvait avoir cette ville auprès des industriels venant de tout horizon.

Pour tous renseignements. Par mail: daniele.lerouge@laposte.net et tél: 03-20-32-42-24.

Prix: 32€ hors frais d'envoi.

 #

Bon article, je partage !

Bon article, je partage !

 

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
                                                                        
88888888ba ad88888ba 888888888888 888b 88 ad88888ba
88 "8b d8" "8b 88 8888b 88 d8" "8b
88 ,8P Y8, 88 88 `8b 88 Y8,
88aaaaaa8P' `Y8aaaaa, 88 88 `8b 88 `Y8aaaaa,
88""""""8b, `"""""8b, 88 88 `8b 88 `"""""8b,
88 `8b `8b 88 88 `8b 88 `8b
88 a8P Y8a a8P 88 88 `8888 Y8a a8P
88888888P" "Y88888P" 88 88 `888 "Y88888P"

Recopiez les lettres formées de points que vous voyez ci-dessus.

Abonnez-vous

Abonnez-vous à Votre Généalogie en quelques clics grâce à notre boutique en ligne
20.00EUR

Profitez des offres déstockage !

Achetez les numéros de Votre Généalogie qui vous manquent à des tarifs préférentiels. Les offres déstockage vous attendent dans notre boutique en ligne.

Panier

Il n'y a aucun produit dans votre panier.

0 Articles 0.00EUR