Archives&Culture

Rechercher la signification de votre nom en cliquant sur ce lien

Le "Black History Month" sera célébré à Paris le 1er Février 2012

Chaque année aux Etats-Unis, le mois de Février est dédié à la commémoration des populations noires qui ont dû vaincre l’esclavage et gagner leurs droits civiques.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Pour célébrer le Black History Month 2012 en France, Kathleen Cleaver, figure emblématique des Black Panthers,
nous fera l’honneur d’être parmi nous le 1er Février, de 18h à 21h30, au Ministère de l’Outre-Mer.

Lors d'une conférence de presse qui se déroulera de 18h à 19h, elle reviendra sur le documentaire que lui avait consacré Agnès Varda en 1968, tourné à Oakland lors des manifestationsautour du procès d’Huey Newton, leader des activistes noirs du Black Panther Party for Self-Defense et posera la question de l’évolution constatée depuis le tournage du documentaire.

Une exposition de peintures de l’artiste Toad sera mise en place pour l’occasion.

Dès 19H45, un grand débat animé par Maboula Soumahoro, Docteure en civilisation anglophone et Maître de conférences et ouvert au public soulèvera la thématique des Noirs de France : 
Pap Ndiaye, spécialiste des questions relatives aux populations noires en France et aux Etats Unis, Rokhaya Diallo,éditorialiste et militante associative, Almamy Kanouté, éducateur, militant associatif et co-fondateur du mouvement politique Emergence, Fatou Biramah, journaliste et auteure, participeront à cette table ronde.
D’ de Kabal, Blade et Jacky Ido se rassembleront pour une performance artistique créée pour l’occasion.

Pour lancer le débat, sera diffusé le teaser du film documentaire d’Audrey Regna & Jon Bensimhon : « D’ailleurs, je suis d’ici » (2011).

Ce documentaire posera la question de « l’identité nationale », à travers cette génération émergente, nourrie de l’aventure de la France Républicaine ainsi que des valeurs des cultures ancestrales et du métissage.

Kathleen Cleaver, l'association Dooinit, l'agence de communication et événementiel H2aCOM, Maboula Soumahoro, Maître de conférences, Claudy Siar, Délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer, ainsi que tous les intervenants, ont mis en commun leurs connaissances, leur disponibilité et leur talent gracieusement au service de cet événement.

Merci de confirmer votre présence à l'adresse : blackhistorymonth@h2acom.fr

Vous pouvez nous rejoindre sur facebook : http://www.facebook.com/events/273223262742816/
Et sur le site de l'événement : http://www.dooinit-festival.com/blackhistorymonth/paris/i...


Vous êtes conviés à 18h00, au Ministère de l’Outre-mer - salle Felix Eboué, 27 rue Oudinot, 75007 PARIS.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à me contacter, 

Cordialement,

Laure Dumayet
blackhistorymonth@h2acom.fr
Tél. : 01 49 49 07 50
06 45 88 52 65


Lu sur Internet

Brève histoire de l’esclavage aux Etats-Unis du 17e au 19e siècle



L’esclavage a été introduit aux États-Unis au 17e siècle. Débutant lentement, cette pratique s’est vu constamment croître dans au 18e siècle par une législation en faveur de l’esclavage. L’esclavage est alors partout sur le territoire américain. Au 19e siècle avec la flambé du coton qui prend le dessus sur celui du tabac et du riz, les maîtres esclavagistes requièrent encore plus le besoin de l’esclavage pour s’enrichir davantage. À cette époque encore, l’esclavage est perçu comme un mal nécessaire par ces sudistes blancs. On trouve regrettable la chose, mais essentiel au bon déroulement de l’économie sudiste.  Avec l’arrivée de l’industrialisation en Amérique au 19e siècle et le second réveil religieux, les données changent. Le Nord se met à l’ère de la machine. Passant de l’artisan au prolétaire, les usines n’ont pas besoin d’esclave, mais bien d’ouvriers qui travaillent et surtout qui consomment. Dans le Nord, l’industrialisation bat son plein et le prolétaire trouve son compte. En parallèle à cette industrialisation, un renouveau religieux se fait sentir. En cette période d’anxiété suite à tous ces changements au Nord, on se tourne alors vers la religion pour trouver réponses et réconfort. On en revient alors à un Dieu plus sympathique, miséricordieux et bienfaisant. L’objectif est alors de créer le paradis sur terre. Pour la réalisation de ce projet, on doit combattre le mal. On s’attaque donc à l’alcoolisme, la criminalité, la pauvreté, l’inégalité des sexes et bien entendu, l’esclavage. Dès 1830, le mouvement abolitionniste naît au Nord. Des journaux, tels : The Liberateur, voit le jour. Mais encore, des discours sont prononcés, des pamphlets sont distribués, des associations sont formées. Une population anti-esclavagiste voit le jour. Au Sud, les maîtres esclavagistes réagissent vivement à ces attaques. Les sudistes esclavagistes entendent bien défendre les droits des blancs. On ne s’excuse plus de ce « mal nécessaire », au contraire, on accuse les nordistes de pratiquer le seul vrai esclavage; celui de l’homme par l’homme. Les sudistes font alors circuler cette image du bon maître en passant sous silence la violence. Avec ces premiers élans abolitionnistes au Nord, certains esclaves du Sud commencent à voir en ces terres leur salut. À partir des années 1830, des esclaves passent au Nord pour trouver la liberté. Souvent avec l’aide première des abolitionnistes blancs, un réseau abolitionniste noir dirigé par d’anciens esclaves, tel Frederick Douglass, et d’autres noirs se mettra en place. Parmi ces anciens esclaves, plusieurs feront l’exercice de mettre par écrit leur propre récit afin de montrer le vrai visage de l’esclavage et de faire avancer la cause abolitionniste. Les récits d’esclaves qui relatent la vie d’anciens esclaves entre 1830 et 1860 aux États-Unis sont particulièrement riches pour comprendre le mouvement abolitionniste de cette période d’avant-guerre.  Avec les récits d’esclaves, on prend conscience du sort cruel que l’on réserve aux esclaves. Lorsque les élections de 1856-1860 arrivent, le Nord et le Sud deux sociétés ayant évolué différemment ne s’entendent plus sur la bonne marche du pays. Quand Abraham Lincoln, du parti républicain, est élu en 1860, la Caroline du sud fait Sécession le 20 décembre. D’autres États du sud suivront l’exemple de la Caroline et Jefferson Davis dirigera ces États confédérés. C’est le début d’un conflit qui durera de 1861 à 1865 : la guerre de Sécession et qui mettra en scène deux généraux important : Robert E. Lee pour la défense du sud et Ulysse Grant dirigeant les armées du nord, mais les principaux acteurs que nous nous rappellerons ici, ce seront les anciens esclaves qui travailleront en étroite collaboration avec les abolitionnistes blancs afin que l’esclavage n’existe plus dans le nouveau monde. 

Texte : http://www.er.uqam.ca/nobel/m351514/Esclavage.html

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
                                                                        
88 88888888888 88 88888888ba 88888888ba,
88 88 88 88 "8b 88 `"8b
88 88 88 88 ,8P 88 `8b
88 88aaaaa 88 88aaaaaa8P' 88 88
88 88""""" 88 88""""88' 88 88
88 88 88 88 `8b 88 8P
88 88 88 88 `8b 88 .a8P
88888888888 88 88888888888 88 `8b 88888888Y"'

Recopiez les lettres formées de points que vous voyez ci-dessus.

Abonnez-vous

Abonnez-vous à Votre Généalogie en quelques clics grâce à notre boutique en ligne
39.00EUR

Profitez des offres déstockage !

Achetez les numéros de Votre Généalogie qui vous manquent à des tarifs préférentiels. Les offres déstockage vous attendent dans notre boutique en ligne.

Panier

Il n'y a aucun produit dans votre panier.

0 Articles 0.00EUR